Connect with us

Voyages

Grâce aux réseaux sociaux, de plus en plus d’afro-descendant·e·s voyagent en groupe

Publié

le

Photo par Tanya Weekes pour Gal-dem.com

Travel Noire, Black voyageurs (francophone), Black & Abroad, les comptes Instagram, groupes et pages Facebook de voyage communautaires entre afro-descendant·e·s se multiplient ces dernières années. Les millenials noirs changent la donne et s’organisent pour explorer un monde encore peu habitué aux voyageurs noirs.

« Les voyages et la culture font partie intégrante de l’expérience des millenials Noirs et de nos interactions avec le monde », a déclaré le cofondateur et PDG de Blavity, Morgan DeBaun, après avoir racheté Travel Startow, une start-up du secteur du voyage, éditrice du site Travel Noire. Créé en 2013 par Zim Ugochukwu, une jeune entrepreneure afro-américaine, Travel Noire propose des conseils et bons plans voyages aux millenials noirs. Le site touche plus de 2 millions de personnes par mois.

« J’ai voulu créer une communauté de personnes qui me ressemblent et qui aiment voyager », déclare Zim Ugochukwu, racontant que l’idée du site lui était venue alors qu’elle vivait en Inde. « Je n’ai vu personne qui me ressemblait. J’avais voyagé dans presque tous les pays d’Asie et nous étions encore minoritaires. Et je me suis donc demandé pourquoi, et pourquoi les marques ne dépensaient pas d’argent sur ce même marché influent ».

Il est vrai que les afro-descendant·e·s sont rarement la cible des entreprises de tourisme. Et c’est pour pallier à ce manque tout en s’adaptant aux spécificités des globe-trotters noirs que se créent ces communautés virtuelles, qui s’appuient sur des réseaux sociaux tels que Facebook, Instagram ou Twitter pour pousser les voyageurs à s’aventurer plus souvent et plus loin. Dans ces communautés, les membres aident par exemple à déterminer où aller sans danger, s’ils se sentiront les bienvenus à leur arrivée et quelles activités pourraient les intéresser.

Mais, ça ne s’arrête pas là. Outre les pages Instagram et groupes, certain·e·s entrepreneur·e·s proposent carrément des voyages sur mesure et créent des espaces sûrs où les minorités peuvent se déplacer et où leur présence peut ne pas être commune sans s’inquiéter des micro-agressions. C’est notamment le cas de Las Morenas qui organise des séjours en Espagne ouverts aux femmes noires. Il attire principalement des femmes noires du Royaume-Uni et des États-Unis. La retraite est à la fois éducative et relaxante, offrant quelque chose d’un peu plus profond que de simples vacances en Espagne. « Nous collaborons avec un groupe de marques qui, selon nous, plairont aux femmes de couleur, afin de pouvoir offrir quelque chose d’un peu spécial au début », déclare Sienna Brown, une des fondatrices de Las Morenas, 27 ans. A leur arrivée, les participantes reçoivent un paquet de bienvenue sur mesure : un carnet, une bouteille de vin local et une variété de savons et de produits capillaires pour cheveux afros.

Las Morenas a commencé comme un blog fondé par Sienna en 2014, après avoir passé quelque temps à Madrid. « Je voulais créer une plate-forme où les gens pourraient partager leurs histoires sur le fait d’être noir·e en Espagne. Le récit était vraiment négatif et je trouvais cela très frustrant parce que ce n’était pas mon expérience », explique-t-elle. Après avoir déménagé de manière permanente en Espagne, Sienna a contacté Danni Washington, qui avait quitté les États-Unis pour travailler en tant que professeure d’anglais. La paire commence à proposer des retraites destinées aux femmes noires et la marque décolle.

Avec l’augmentation des revenus (et donc du pouvoir d’achat), du niveau d’éducation mais également la percée des réseaux sociaux et d’une génération de millenials férue de technologie, un vrai mouvement est en train de se créer.

Lire La Suite
Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

LGBTQ

L’application Tinder ajoute une alerte pour les personnes LGBTQ voyageant vers des pays hostiles

Publié

le

Par

Brian Kyed / Unsplash

Tinder est une application formidable pour des rencontres amoureuses, des « plans cul » ou juste des rencontres conviviales. Mais lorsqu’une personne se déplace vers un nouvel horizon, utiliser l’application dans un pays étranger peut être risqué, en particulier pour les personnes LGBTQ.

Malheureusement, tellement de pays discriminent encore les gens en fonction de leur sexualité. Quelqu’un qui ignore les lois peut tenter de rencontrer une personne via l’application et se retrouver pénalisé, emprisonné ou même tué.

Pour protéger les voyageurs LGBTQ qui utilisent l’application, Tinder va commencer à lancer des alertes de voyage pour ses utilisateurs qui se trouvent dans des pays qui ne sont pas favorables aux communautés LGTBQ.

« En fonction de votre situation géographique, il semble que vous vous trouviez dans un lieu où la communauté LGBTQ pourrait être pénalisée », indique l’alerte, selon Fast Company. « Nous voulons que vous vous amusiez, mais votre sécurité est notre priorité numéro un. Veuillez procéder avec prudence et faire très attention lorsque vous faites de nouveaux matches et que vous rencontrez des personnes que vous ne connaissez pas. »

L’application a identifié 70 pays jugés risqués par l’Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexuels. Pour les utilisateurs qui se rendent en Jamaïque, au Brunei ou dans l’un des neuf pays où l’homosexualité est punissable par la mort, l’alerte apparaît sur le téléphone.

L’utilisateur a ensuite la possibilité de rester caché lorsqu’il se trouve dans un lieu dangereux ou de rester public. Même si l’utilisateur choisit de rester sur l’application, son orientation sexuelle ou son identité de genre seront masquées jusqu’à ce qu’il quitte l’endroit.

Les utilisateurs peuvent s’attendre à ce que la fonctionnalité soit bientôt disponible sur iOS et Android.

Même s’il est extrêmement regrettable que ces mesures doivent être mises en place, c’est une bonne option pour les voyageurs qui cherchent à faire des rencontres avec l’application et qui souhaitent rester en sécurité.

Lire La Suite

Voyages

Globe-trotters noirs : 5 conseils pour se préparer et bien voyager

Publié

le

Par

Qu’il s’agisse d’une virée entre ami·e·s ou d’une aventure en solo, voyager est passionnant. Mais toutes les contrées ne sont pas encore habituées à voir des globe-trotters noirs. Voyager en solitaire peut donc être assez intimidant. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles de plus en plus de millennials noirs s’organisent pour partir en groupe. Rien ne doit vous empêcher d’explorer le monde !

1. Apportez vos propres produits de beauté

Il sera souvent difficile de trouver des produits pour cheveux crépus et certaines teintes pour le fond de teint. Pour celles et ceux qui portent leurs afros, si vous partez pour une longue période, envisagez peut-être une coiffure protectrice, comme des tresses ou des twists moyennes à courtes.

2. Réfléchissez à la manière dont vous allez réagir face aux micro-agressions

Développez votre propre stratégie de lutte contre le racisme, que ce soit des gens qui crient « Hey, Beyoncé », des personnes qui vous traitent comme une attraction et vous prennent en photo sans votre autorisation ou des locaux qui demandent d’où vous venez en Afrique ou en Inde (même si vous venez de Perpignan). Que l’on soit une « nouveauté » pour certaines personnes est parfaitement compréhensible, mais il est difficile de ne pas se sentir comme un objet de foire lorsque ce genre d’événement survient. Sachez quand  vous confronter aux gens, mais aussi quand partir pour votre propre sécurité.

3. Renseignez-vous toujours sur votre destination

Renseignez-vous un minimum sur votre destination. Soyez au courant des lois et de la culture locale. Essayez d’apprendre la langue, même s’il ne s’agit que de quelques phrases. Respectez les sites sacrés et adaptez votre tenue vestimentaire au pays. Chacun vit son expérience mais, il est parfois judicieux de prendre la température concernant les retours d’autres personnes noires qui y sont allées grâce à Google (inutile de lire dix témoignages négatifs et anxiogènes non plus).

4. Choisissez bien vos compagnons de voyage

Il n’y a rien de plus frustrant que de vouloir parler de ses préoccupations mais de ne pas oser « embêter » ses ami·e·s parce que ces dernier·e·s ne sont pas noir·e·s et qu’on ne souhaite pas avoir l’air de réagir de manière excessive (ou de faire la « victime »). Vous devez pouvoir parler de vos préoccupations ou de vos inquiétudes au sujet de votre destination avant, pendant et après votre voyage ainsi que de la manière dont vous souhaitez qu’ils/elles réagissent à tout incident potentiel.

5. Surmontez le « blues » du voyageur

Voyager seul en tant que personne noire peut vite vous faire vous sentir très seul·e – vous ne verrez peut-être pas de personne qui vous ressemble. Faites le plein de vos podcasts, de votre musique et de vos livres préférés. Apportez un journal afin que vous puissiez documenter comment vous vous sentez et ce que vous faites. Cela aidera à vous rappeler les meilleurs jours lorsque vous aurez le moral dans les chaussettes.

Lire La Suite

A la Une

Copyright © 2021 WYAT par Afropolis. Tous droits réservés.